La course à pied fait-elle maigrir ?

0

« Est-ce que moi aussi je peux maigrir par la course à pied? » Ainsi se formule très souvent votre préoccupation. A cette question, nous répondons tout de suite par l’affirmative. Toutefois, cette course à pied, pour être efficace, c’est-à-dire vous faire perdre environ 50 grammes par séance d’une heure, ce qui signifie près de 5 kilos en 100 heures d’exercices, doit nécessiter un effort physique d’intensité moyenne et doit s’inscrire dans le cadre d’un programme plus vaste, incluant des activités de tonification musculaire et une alimentation adaptée. La suite de notre analyse est une incursion dans le pré carré d’un sport dont les bienfaits sont multiformes. Vous découvrirez comment courir pour maigrir.

Perte de poids et course à pied : deux alliés indissociables

La course à pied, exercice physique d’endurance, d’échauffement ou de récupération, ne revêt pas uniquement le visage d’une banale activité de loisir. Non seulement elle grignote l’énergie, et par conséquent, consume les calories de trop, mais aussi, elle provoque la sécrétion de l’endorphine, l’hormone du bien-être. Rendant les muscles plus fermes, elle entretient, voire, améliore la condition physique, l’hygiène de vie et même l’état mental du joggeur. Le stress, grand pourvoyeur des amas de graisse, se trouve réfréné par son action. Assurément, elle constitue, pour tous ceux qui souhaitent maigrir, une des réponses les plus incontestables.

Dans un univers marqué par un essor vertigineux des moyens de transport et par la sédentarisation du travail, les occasions de bouger se raréfient de plus en plus. Dès lors, la course à pied acquiert une valeur ajoutée.

En apparence, il est facile de perdre du poids: il suffit juste d’augmenter les dépenses énergétiques tout en minimisant les apports. Ce qui reviendrait concrètement à consommer moins d’aliments énergétiques, en se mettant parallèlement à la course à pied ou à toutes sortes d’autres activités physiques. La réalité est toutefois beaucoup plus complexe, car de nombreuses données entrent en ligne de compte. La recherche de la maigreur, par le running en plein air ou sur tapis, doit uniquement s’attacher à celle de la combustion des lipides stockés dans le corps. Ce n’est qu’à cette condition qu’une allure normale peut être obtenue.

Comment se mettre à la course à pied en touchant directement les lipides?

Les glucides constituent, avec les protéines et les lipides, des éléments biologiques essentiels de nutrition, de stockage et de consommation énergétique. Malheureusement, au lieu des lipides, encore appelés les graisses, ce sont eux qui sont plus sollicités au cours d’une activité sportive. Or arrêter toute consommation des sucres, matérialisations des glucides, c’est donner libre cours à l’organisme qui, par le canal des acides aminés, composantes du muscle, va leur redonner vie. Ces sucres reconstitués seront brûlés au moment de la pratique de la course à pied, mais leur tarissement ira de pair avec un amaigrissement mal agencé de votre corps. Le cas échéant, ce ne sont pas les graisses, qui sous-tendent vos kilos de trop, qui auront disparu, mais plutôt vos muscles. Compte tenu de l’inefficience de la formule consistant à écarter les glucides du régime alimentaire pour obliger l’organisme à épuiser, en priorité, les lipides, un problème se pose: comment toucher directement les lipides au cours de la pratique de la course à pied? En d’autres termes: comment pratiquer son activité pour maigrir tout en tonifiant les muscles?

La prépondérance de l’énergie issue des lipides est grande lorsque l’effort fourni est de faible amplitude. Cela étant, au repos, plus qu’en activité, la proportion énergétique, émanant des tissus adipeux, que l’organisme brûle est plus importante. Elle représente un peu plus de 60%. Pourtant, la valeur calorifique consumée est basse. A contrario, c’est plutôt aux glucides qu’il est fait appel, de manière exclusive, lorsque l’effort s’intensifie. Le défi, ici, consiste à établir un équilibre entre un exercice qui implique des dépenses significatives en énergie et un autre qui induit une forte mobilisation des graisses. Ce juste milieu est constitué par les exercices physiques d’endurance, et ayant une intensité moyenne.

Les efforts physiques, qui s’étendent dans la durée, requièrent, pour leurs fins, l’utilisation d’une quantité de lipides plus consistante. En conséquence, plus l’exercice dure, plus il brûle les graisses. La course à pied, pour être efficace, se doit donc d’être réalisée le plus longtemps possible et avec une intensité moyenne. Le cas échéant, il est généralement admis qu’elle vous fera perdre environ 50 grammes de graisse par heure. Sur cette base, et en considérant que vous pratiquiez cette activité de façon régulière, il vous est possible de faire une estimation, sur le long terme, du nombre de kilogrammes superflus qui seront perdus. Même si vous vous dites généralement: « je veux maigrir rapidement« , ce serait une illusion de se fixer des objectifs contraignants et irréalisables. Les résultats probants ne se construisent que dans la durée.

La course à pied réalisée dans les dispositions citées plus haut, comme nous venons de le constater, peut effectivement vous faire maigrir, mais deux limites sont à relever: primo, elle laisse intactes les graisses stockées sur le ventre et les fesses. En réalité, n’étant pas directement incrustées à l’intérieur du muscle, elles sont moins sollicitées dans le cadre de l’effort physique que celles qui s’y trouvent; secundo, l’extirpation de la graisse qu’elle entraîne, et qui se traduit par la chute de votre poids, s’accompagne également par la fonte de vos muscles du fait de l’usage des acides aminés, qui se substituent aux ressources glucosées censées être présentes dans votre organisme. Pour éviter les silhouettes peu raffinées qui découlent de ces deux bémols, la réalisation du fractionné et des séances de musculation, en parallèle aux exercices liés à la course à pied, se posent comme des impératifs.

La musculation: appoint essentiel pour maigrir

Ne vous méprenez pas ! La musculation, non seulement n’est pas nécessairement synonyme d’augmentation du volume de vos muscles, mais aussi, a toute sa place dans le processus d’embellissement de votre silhouette. En effet, votre corps ayant consacré beaucoup d’énergie à vos séances de jogging, par la musculation, qui pousse les muscles à régénérer leurs protéines, il se revivifie.

La musculation augmente le taux de circulation du sang dans les parties du corps où les graisses récalcitrantes sont stockées. Dès lors, ces graisses, transformées en acides gras, s’incorporent au sang dans le but de se cristalliser en définitive à l’intérieur des muscles. Elles seront par la suite évacuées grâce aux efforts d’intensité moyenne, et sur une longue durée, accomplis dans le cadre de la course à pied. Vous l’avez compris, mincir ne revient donc pas seulement à courir au moins deux à trois fois par semaine sur un tapis roulant ou dans la rue. Il s’agit en fait d’une entreprise qui implique la mise en œuvre d’un programme beaucoup plus complexe, un programme qui associe, en plus de la musculation et des exercices cardiovasculaires, un style alimentaire équilibré.

Alimentation et course à pied: quel est le lien?

Les activités physiques bien articulées produisent les résultats escomptés si le joggeur s’adonne à une hygiène alimentaire saine et équilibrée. Il ne s’agit pas, lorsqu’on souhaite perdre du poids, contrairement à une idée largement reçue, de consommer moins d’aliments. Le défi consiste plutôt à manger mieux, tout en tenant compte du fait qu’avec le sport, vos dépenses énergétiques sont plus importantes. Ce serait donc une erreur de limiter brusquement les apports calorifiques. Dans ce sillage, les diètes, compte tenu de leur caractère hypocalorique, sont fortement déconseillées. Certes, elles marchent la plupart du temps, car leur pauvreté en glucides, protéines et lipides, a pour corollaire la fonte des muscles. L’amaigrissement qui en résulte est donc, comme nous l’avons vu, mal ficelée, et risque de générer des problèmes de santé plus préoccupants que l’obésité. Avec elles, reprendre vos KG autrefois perdus est un risque qui se réalise très souvent.

Pour perdre durablement du poids, tout en conservant les habitudes alimentaires nouvellement acquises, quelques démarches vous sont fondamentales: séparez-vous des boissons dont l’organisme a le moins besoin. L’eau sera alors votre meilleure boisson; consommez plus de légumes et légumineuses, en amenuisant l’ingestion des féculents à l’instar du riz, des pâtes, des pains et des semoules; donnez une place de choix aux protéines contenues dans les œufs, les viandes blanches, les poissons et les laitages. Ils constituent, pour vos muscles, les éléments tonifiants; enfin, ne vous privez pas de graisses au nom de la recherche de l’affinement de votre corps. Elles sont indispensables à l’organisme. Celles des poissons, par exemple, nous confèrent les oméga 3 et la vitamine D. Celles des huiles végétales non cuites sont particulièrement recommandables. La consommation de ce nutriment, dans une perspective de minceur, fait toutefois appel à un sens de la modération.

En conclusion, débuter la course à pied, lorsqu’on souhaite devenir plus mince, est une bonne solution. Cet exercice physique, pour être efficace, doit impliquer un effort d’intensité moyenne, pratiqué le plus longtemps possible. La musculation et l’adoption d’un style alimentaire adapté seront pour lui des suppléments essentiels.

La boîte à outils

Partagez :

Laisser un commentaire